Destination Laurentides

MRC - Des Laurentides

Municipalité MRC des Laurentides

Amherst

Amherst est une municipalité de canton du Québec située dans la municipalité régionale de comté (MRC) des Laurentides dans la région des Laurentides.


Avant 1869, le canton d’Amherst était fréquenté par quelques pêcheurs et chasseurs et habité par des amérindiens algonquins.

 

Dans la deuxième moitié du xixe siècle, Antoine Labelle, alors curé de Saint-Jérôme, constate l’exode de milliers de Canadiens français vers les États-Unis. Afin de contrer ce fait, il invite les gens à « monter » dans les cantons du Nord pour s’y installer sur des terres à défricher. Pendant plusieurs années, l’agriculture, les coupes de bois, la drave seront le gagne-pain de ces colons. C’est dans cet esprit qu’il fixera l’emplacement de la première église du canton d’Amherst en 1878.

 

C’est sous le règne de Victoria, Reine du Royaume-Uni, que fut proclamé l’érection du canton d’Amherst, le 27 septembre 1883. Le nom du canton provient du patronyme du général Jeffrey Amherst, gratifié des faveurs royales de George III du Royaume-Uni pour ses victoires décisives en terre d’Amérique.

 

Cependant bien avant que le canton soit officialisé, des squatters s’y sont établis. Conséquemment, ce fut une implantation désordonnée qui conduisit à une particularité de chez-nous soit une municipalité avec trois villages !

 

En 1894, une mine de silicate d’alumine pur a été mise en exploitation au sud du village de St-Rémi, ce sel servait à la fabrication de la peinture. De nombreux habitants de l’endroit y ont longtemps travaillé mais en 1948, il a été découvert que la cause de la mort de plusieurs de ces mineurs était la silicose provoquée par la poussière qu’ils y respiraient. Cette mine abandonnée depuis très longtemps est située tout près du lac de la Mine accessible par la route 364, le chemin de Rockway-Valley reliant St-Rémi à Huberdeau. Pour s’y rendre, il faut emprunter le chemin de la Mine au sud du lac. Source Wikipédia

Arundel

Arundel est une municipalité de canton du Québec, située dans la région administrative des Laurentides et la municipalité régionale de comté Les Laurentides. Ses habitants sont les Arundelites.

Les premiers colons s’installèrent en 1858 lorsque William Staniforth y fit construire une scierie. La majorité étaient originaires du Yorkshire.

« Arundel » provient du nom d’une petite ville anglaise du Sussex de l’Ouest. Source Wikipédia

Barkmere

Barkmere est une ville située dans la municipalité régionale de comté de Les Laurentides, dans la région administrative des Laurentides, au Québec, au Canada. Ne comptant qu’une cinquantaine de résidents permanents enregistrés en 2016, sa population est principalement formée de villégiateurs.


Barkmere a été incorporée sous la Loi des Cités et Villes en 1926, à partir des lots des cantons d’Arundel et de Montcalm entourant Bark Lake (aujourd’hui « Lac des Écorces ») au Québec. Même si la ville est officiellement bilingue, il y a plus de 80 % des contribuables qui ne parlent que le français. Les 18 % restants parlent principalement l’anglais mais il y a une communauté allemande notable. Source Wikipédia

Brébeuf

Brébeuf est une municipalité de paroisse du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté (MRC) des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides. Elle est nommée en l’honneur de Jean de Brébeuf, l’un des martyrs canadiens. Ses habitants sont les Brégeois(es). Il s’agit d’un petit village situé dans la région de Mont-Tremblant.

 

Fondé en 1905, Brébeuf fêtait en 2005 son centenaire.

 

Vents a aussi son histoire. Voici, en partant de Brébeuf vers la Conception, quelques repères historiques intéressants.

En remontant la côte du rang des Vents, on voit le rang des Vents se faufiler entre la rivière à droite et une butte à gauche, à un endroit que nous appelons « éboulis », attendu que ce chemin s’est éboulé quelquefois depuis 40 ans…
Aussitôt la glace débâclée, un traversier reprenait sa course dont on voit encore une descente sur un terrain appartenant à Hector Tremblay.
Il y avait une école de rang sur le même terrain (appartenant à Hector Tremblay) dont on peut encore voir les fondations.
Tout près, au bord du chemin, sur la propriété de « la succession Alphonse Lespérance », il y a des vinaigriers qui poussent à l’endroit d’un solage, c’est la maison des Maheu
Cette intersection entre le rang des Vents, le chemin des Cèdres et le chemin des Saules est aujourd’hui tout à fait insignifiante. Mais en 1940 c’était tout différent, c’était l’intersection entre l’Abitibi et l’Outaouais. C’est du moins ce que nous a raconté le regretté Abbé Potvin. La « côte à Maheu », que nous appelons encore ainsi dans la famille, est cette côte très raide sur le chemin des Cèdres qui aboutit au chemin des Saules et au rang des Vents. Les gens qui venaient de Montréal arrivaient par ce que nous appelons le chemin des Cèdres. Si on continuait à droite, vers ce qui s’appelle aujourd’hui le « chemin des Saules », on allait vers l’Abitibi. Si on prenait le traversier, à côté de l’école de rang, on allait vers l’Outaouais. Deux mondes, deux visions du monde. L’abbé Potvin (décédé vers 2005) racontait que les automobiles de l’époque où il était jeune prêtre n’avaient pas de pompe à essence, et qu’ils devaient franchir la côte à Maheu à reculons pour que l’essence se rende au moteur.
Enfin, toujours selon l’Abbé Potvin, il y avait une scierie sur l’actuelle terrain de « succession Alphonse Lespérance »

Huberdeau

Huberdeau est une municipalité du Québec située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides.

La municipalité – territoire de chasse des Algonquiens Weskarinis avant son instauration – a pris son nom en l’honneur de l’abbé Gédéon-Ubalde Huberdeau, autrefois curé d’Albany, de Saint-André-d’Argenteuil, d’Iberville et de Chambly.

Le toponyme Huberdeau est passé dans les usages vers la fin du xixe siècle pour désigner tout à la fois le village et le site de son orphelinat, en hommage à l’abbé Huberdeau.

Ce toponyme est retenu comme dénomination du bureau de poste à son ouverture en 1895.

Les écrits des Pères Montfortains, à l’occasion des fêtes jubilaires de 1910, utilisent le toponyme Huberdeau pour désigner le site de l’Orphelinat agricole Notre-Dame-de-la-Merci.

Ce n’est cependant qu’en 1926 que ce toponyme est officialisé lors de la constitution de la municipalité d’Huberdeau comme entité séparée de la municipalité de canton d’Arundel.

Ivry-sur-le-Lac

Ivry-sur-le-Lac est une municipalité du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides.

 

Son nom vient de l’acheteur du terrain en 1891, la comtesse Angèle Ogier d’Ivry, en référence à Ivry-sur-Seine.

La Conception

La Conception est une municipalité du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides.

 

Le nom de la municipalité fait référence à la conception de Jésus de Nazareth de par le Saint-Esprit comme il est enseigné dans le symbole des apôtres.

La Minerve

La Minerve est une municipalité du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides.

 

La Minerve doit son nom à son canton éponyme qui reprend lui-même son nom au journal La Minerve, paru entre 1826 et 1899. C’est suite à la visite de l’arrière-pays de Labelle et Saint-Jovite par les employés du journal que Ludger Duvernay, alors propriétaire de La Minerve, commence à militer activement pour la colonisation du canton de La Minerve. Le canton est proclamé en 1892 et la municipalité de canton est constituée la même année. Elle change son statut pour celui de municipalité en 1998. La bureau de poste a quant à lui porté le nom de Minerve entre 1896 et 1949, date à laquelle l’article initial a été remis. Source Wikipédia

Labelle

Labelle est une municipalité du Québec située dans la MRC des Laurentides dans la région administrative des Laurentides. La municipalité est membre de la Fédération des Villages-relais du Québec et s’est vue attribuer trois fleurons par Les Fleurons du Québec pour son embellissement horticole.


Au xixe siècle le lieu se nomme Chute-aux-Iroquois ou Chute-des-Iroquois. Colonisée vers 1878, Labelle était identifiée comme la Ferme d’en Bas. La paroisse de La Nativité-de-Marie-de-Labelle a été établie comme mission en 1878. Suite de l’érection du canton de Labelle, en 1894, la municipalité de village créée en 1902. Fusionnée avec la municipalité du canton de Joly (1883) en 1973, elle devient l’actuelle municipalité de Labelle. Source Wikipédia

Lac-Supérieur

Lac-Supérieur est une municipalité canadienne du Québec située dans la Municipalité régionale de comté Les Laurentides et la région administrative des Laurentides. Érigée en 1881 sous le nom de Wolfe, elle a changé de nom en 1944 pour Saint-Faustin et est devenue Lac-Supérieur en 1957.

 

L’histoire de cette municipalité est directement liée au Curé Labelle et à son projet de colonisation des Laurentides. La municipalité connaît un certain essor grâce aux investissements massifs de la société Intrawest dans les environs, soit à Mont-Tremblant. Au recensement de 2006, on y a dénombré une population de 1 745 habitants.

 

On compte de nombreux lacs dans cette municipalité, dont le lac Supérieur, le lac Quenouille, le lac Rossignol, le lac Français, le lac à l’Équerre (petit et grand), le lac à l’Ours et le lac Gauthier. Les rivières de la Boulé et de la Diable s’y rencontrent d’ailleurs. Source Wikipédia

Lac-Tremblant-Nord

Lac-Tremblant-Nord est une municipalité du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides.

 

Le nom de la municipalité provient du mont Tremblant, que les Algonquins identifient, au xviie siècle, l’élévation Manitou Ewitchi Saga, la montagne du redoutable manitou ou encore Manitonga Soutana, montagne des esprits. Lac-Tremblant-Nord est le village le moins populeux du Québec, avec ses 25 habitants permanents. Source Wikipédia

Lantier

Lantier est une municipalité des Laurentides au Québec (Canada). Elle a été fondée en 1948 sur les terres limitrophes de Sainte-Lucie. Elle se situe à 15 minutes de la ville de Sainte-Agathe-des-Monts et à 20 minutes du village de Saint-Donat.

 

Le territoire de Lantier comporte 13 lacs dont le lac Ludger et le lac Cardin. Le lac Creux, le lac Dufresne ainsi que le lac de la Montagne Noir bassin versant de la rivière du Nord. Source Wikipédia

Montcalm

Montcalm est une municipalité du Québec (Canada) située dans la région administrative des Laurentides.

La municipalité tire son nom de Louis-Joseph de Montcalm, commandant des troupes françaises en Amérique du Nord pendant la guerre de Sept Ans.


La municipalité de Montcalm est située dans la MRC des Laurentides, à une vingtaine de kilomètres au sud de Mont-Tremblant. Tirant son appellation de celle du canton où elle a été implantée, cette municipalité provient du détachement, en 1907, d’une partie du territoire de la municipalité de Harrington-et-Union, située dans les cantons de Harrington et de Montcalm. En 1992, la municipalité du canton de Montcalm devenait la municipalité de Montcalm. Le territoire de ce lieu de villégiature est montagneux et parsemé de lacs, notamment les lacs Beaven, Berval, Proctor, Rond, Verdure, à la Chaîne, du Brochet et des Pins. Les activités économiques de la municipalité sont principalement l’agriculture et la coupe de bois et elle compte quelques commerces. La population se concentre principalement à trois endroits : dans le village de Weir, situé à l’est du lac Rond, dans le hameau du Domaine-Mont-Blanc, situé près des lacs Lajeunesse et Leblanc, et au lac Verdure. C’est le nom du glorieux général français Louis-Joseph, seigneur de Saint-Véran et marquis de Montcalm (1712-1759), qui a été retenu à cette occasion. Commandant de toutes les forces armées en Nouvelle-France (1756-1759), il a attaché son nom à la fameuse bataille des plaines d’Abraham où il a perdu la vie, mais non l’honneur, s’étant conduit comme un valeureux guerrier. La noblesse d’âme et de cœur du général se révèle bien en parfaite symbiose avec le site magnifique de verdure et de paysages enchanteurs qui sert de toile de fond à la municipalité. Source Wikipédia

St-Faustin-Lac-Carré

Saint-Faustin–Lac-Carré est une municipalité du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides.

 

Cette municipalité est le résultat de la fusion des municipalités de Lac-Carré et de Saint-Faustin en 1996. Ses habitants sont les Faustilacois et les Faustilacoises.

Elle est nommée en l’honneur de Saint Faustin et son compagnon Jovite, martyrs près de Brescia en 304. Source Wikipédia

Ste-Lucie-des-Laurentides

Sainte-Lucie-des-Laurentides est une municipalité du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides. Elle est nommée en l’honneur de Lucie de Syracuse.

 

Le mont Kaaikop est situé dans le territoire de la municipalité. Source Wikipédia

Val-Morin

Val-Morin est une municipalité du Québec située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides. Elle est nommée en l’honneur d’Augustin-Norbert Morin.

 

La zone géographique maintenant appelée Val-Morin a probablement été habitée par des peuples des Premières nations soit Montagnais et Naskapis, Algonquins ou Cris avant la colonisation européenne.

 

En 1852, le canton Morin a été formé. Il a été nommé d’après son fondateur et politicien du xixe siècle Augustin-Norbert Morin (1803-1865) qui avait déjà une immense ferme de plus de 3 kilomètres carrés (1,2 mile carré) sur les rives de la rivière du Nord, construite autour de 1850-1860 et comprenant une maison, une scierie et un moulin à farine. Morin a été parmi les premiers résidents et a aidé de nombreux colons à s’installer ici. En 1887, le bureau de poste de Val-Morin a ouvert et en 1922, la Municipalité de Val-Morin a été créée.

 

Initialement des agriculteurs, les résidents de Val-Morin se sont tournés vers le développement des stations de ski alpin et des activités de plein air dans la période récente. Source Wikipédia

Val-David

Val-David est une municipalité de village située dans la MRC Les Laurentides dans la région administrative des Laurentides, au Québec.

 

Avant la colonisation, les lieux sont fréquentés par les Mohawks. Les premiers colons arrivent à pied à Val-David au printemps 1849. Jean-Baptiste Dufresne, Olivier Ménard et son frère Narcisse, tous originaires du Grand Brulé, obtiennent un billet de location pour des lots près du lac Paquin2. Ils sont rapidement suivis par d’autres. Ce territoire non-organisé est annexé à la municipalité de Sainte-Adèle de 1855 à 1862, puis à celle de Sainte-Agathe-des-Monts de 1862 à 1921. Durant ces premières décennies, la population augmente dans les septième et le huitième rangs, puis vers le lac à la Truite et en direction de Sainte-Agathe-des-Monts.

 

En 1873, un bureau de poste désigné Mont-Morin est ouvert. Dans les années 1890, le noyau villageois se déplace vers l’est avec la construction du chemin de fer du Nord. C’est autour de la gare locale, Bélisle’s Mill Station, que se construit ce qui constitue aujourd’hui le coeur de Val-David. L’augmentation de la population permet la création de la paroisse indépendante de Saint-Jean-Baptiste-de-Bélisle, en 19173. Une église est construite en 1920. Source Wikipédia

Val-des-Lacs

Val-des-Lacs est une municipalité du Québec (Canada) située dans les Laurentides a environ 70 kilomètres au nord de la ville de Saint-Jérôme. Source Wikipédia

Ville de Mont-Tremblant

Mont-Tremblant est une ville située dans la municipalité régionale de comté des Laurentides, dans la région administrative des Laurentides, au Québec (Canada). La ville tient son nom du mont Tremblant, et est connue pour ses fonctions de station balnéaire au centre de villégiature de Tremblant.

 

Au xviie siècle, les Algonquins identifient, l’élévation Manitou Ewitchi Saga, la montagne du redoutable manitou ou encore Manitonga Soutana, montagne des esprits ou du diable.

 

La région fut colonisée au début du xixe siècle par le curé Antoine Labelle qui voulait éviter l’expansion protestante, il peuple donc de Canadiens français toutes les régions du nord. Il désigne l’emplacement des futurs villages en fonction de la fertilité des terrains, des sources d’eau et du tracé de la ligne de chemin de fer qu’il projette de faire bâtir.

 

En 1892, les habitants des municipalités qui constitueront plus tard la grande ville de Mont-Tremblant sont brisés de leur isolement par le chemin de fer du P’tit Train du Nord. Cette ligne de chemin de fer provoque un boom touristique incité en 1938 par Joseph Bondurant Ryan, un jeune et riche Américain de Philadelphie, venu au nord pour faire la prospection d’or, épris de la beauté de la majestueuse montagne « des esprits ». Il aurait fait son ascension de la montagne, et rendu au sommet de cette montagne de 968 mètres, en voyant la vue imprenable sur le paysage enseveli sous le manteau blanc de l’hiver, Joe Ryan aurait voulu transformer le domaine sauvage au pied de la montagne en village alpin de classe internationale. Un an plus tard, en février 1939, il ouvre les portes de son village alpin, le Mont-Tremblant Lodge, dont l’architecture est inspirée du Vieux-Québec. Étapes autrefois importantes du chemin de fer du P’tit Train du Nord, les municipalités constituantes sont tombées dans un profond marasme économique dans les années 1980 à cause de la baisse du tourisme et de la fermeture de la ligne de chemin de fer. La relance du Centre de villégiature Tremblant au début des années 1990 par Intrawest a permis une croissance économique et démographique qui a transformé la destination en centre récréotouristique quatre saisons de calibre international.

 

Depuis l’installation de la première chaise en 1939 à aujourd’hui, Station Mont Tremblant a su développer son potentiel pour devenir le domaine skiable le plus important et le plus varié à l’Est de l’Amérique du Nord. Source Wikipédia

Ville de Sainte-Agathe-des-Monts

Sainte-Agathe-des-Monts est une ville du Québec située dans la municipalité régionale de comté (MRC) Les Laurentides, dans la région administrative des Laurentides. Elle est nommée en l’honneur d’Agathe de Catane.

 

Sainte-Agathe-des-Monts est située dans la vallée de la rivière Nord, sur les rives du magnifique lac des Sables. Celle qu’on appelle la « métropole des Laurentides », constitue la plus ancienne station touristique de la région.

 

De 1849 à 1861, 27 familles colonisent la région, suivies de 35 autres de 1861 à 1865.

 

Au XIXe siècle, Sainte-Agathe ne compte que quelques scieries, mais la construction du Montreal and Occidental Railway en 1892 (remplacé par le Canadien Pacifique en 1900) favorise le tourisme et le développement des hôtels, qui sont devenus le pilier de l’économie régionale.

 

La population de la localité s’accroît, passant de 1 700 à 4 500, entre 1892 et 1921. Ce moyen de transport a permis d’acheminer les produits de l’exploitation forestière vers Montréal, ainsi que d’attirer des gens d’affaires et de vacanciers. Sainte-Agathe-des-Monts devient alors la destination favorite des amateurs de ski alpin. En effet, au cours de la saison hivernale de 1927-1928, plus de 11 000 skieurs arrivent par train.

 

Aujourd’hui, les secteurs du commerce, des services et de l’hôtellerie fournissent la plupart des emplois. La population de Sainte-Agathe-des-Monts triple pendant la saison de villégiature.

 

Dès 1898, Sainte-Agathe-des-Monts est reconnue comme l’une des municipalités les mieux éclairées du Québec.

 

Vers 1910, elle devient autosuffisante en matière d’hydroélectricité, puis commence à desservir les villages environnants, ce qu’elle fit jusqu’en 1965, soit deux ans après la nationalisation de l’électricité. La vocation de Sainte-Agathe-des-Monts en tant que ville centre de services s’établit dès lors et se maintiendra jusqu’à ce jour.

 

L’architecture particulière de certaines grandes maisons de Sainte-Agathe-des-Monts, munies de grandes galeries couvertes et de solariums, rappelle l’époque où l’air pur et le soleil attiraient les malades et convalescents atteints de tuberculose. L’industriel D. Lorne McGibbon permit la construction du Laurentian Sanitarium dont l’architecture se comparait à celle du sanatorium de Saranac Lake. La communauté juive, quant à elle, fit construire le sanatorium du Mont Sinaï qui offrit gratuitement ses services aux personnes de toute confession religieuse jusqu’en 1920.

 

Il sera remplacé en 1930 par un nouvel édifice Contaminé à la tuberculose, cet ancien hôpital juif converti en sanatorium est abandonné depuis 1998. Construit en 1930, l’immeuble était de style Art déco, un mouvement peu répandu à l’extérieur des villes. Était de style Art déco, car il a malheureusement été rasé en 2005 à la suite d’une longue bataille afin de sauver l’édifice.

 

Vaste oasis de santé et haut lieu de villégiature à une certaine époque, Sainte-Agathe-des-Monts demeure unique avec, en son centre, le magnifique lac des Sables dont la magie opère autant que le paysage inspirant qui l’entoure.

 

Sainte-Agathe-des-Monts, c’est aussi un carrefour d’activités au cœur des Laurentides, à proximité de Montréal, de Mont-Tremblant et de Saint-Sauveur. La qualité des services offerts, notamment aux plans de la santé et de l’éducation, la revitalisation récente du centre-ville et de la place Lagny et la volonté de mettre en valeur le patrimoine agathois représentent les pierres d’assises sur lesquelles la Ville appuie la vision future de son développement.

 

Rappelons également que c’est dans cette ville que sont nés l’ancien premier ministre du Québec Jean-Jacques Bertrand, le poète national du Québec Gaston Miron et l’écrivain Jean-Yves Collette. L’écrivain Mordecai Richler y met en scène son roman L’Apprentissage de Duddy Kravitz.

 

La municipalité est jumelée avec la commune française de Lagny-sur-Marne et avec la ville de Saranac Lake des États-Unis. Source Wikipédia

Les Laurentides est une municipalité régionale de comté (MRC) du Québec (Canada) dans la région des Laurentides. Son chef-lieu est Saint-Faustin–Lac-Carré.

 

La municipalité régionale de comté des Laurentides est située dans le massif des Hautes Laurentides, entre les MRC d’Antoine-Labelle au nord-ouest, de la Matawinie (région de Lanaudière) au nord-est, des Pays-d’en-Haut au sud-est, d’Argenteuil au sud et de Papineau(région de l’Outaouais) au sud-ouest1. Les principaux sommets sont le mont Tremblant, la montagne du Gorille et la montagne du Caribou.